pour une meilleure gestion du risque

Rôle des pilotes

Lorsqu’un pilote arrive sur la passerelle de navigation d’un navire et que les mots « Aux ordres du capitaine sur les conseils du pilote » apparaissent dans le journal de bord, la relation juridique entre le pilote et le capitaine est établie.

Le rôle du pilote consiste à assister le capitaine en apportant une compétence locale et fournissant un conseil opportun pendant le passage du navire.

Dans des eaux resserrées, la charge de travail augmente à la passerelle, le temps et les marges d’erreur sont réduites, l’activité portuaire et le trafic intenses, et les conséquences d’un incident ou d’une erreur de jugement seraient considérables. Des connaissances spécialisées dans la manœuvre des navires à l’approche des ports sont requises.

Le Code International sur les Normes de Formation, de Certification et de Quart pour les marins code STCW78/95, révisée par les accords de Manille en 2010, précise que la présence d’un pilote à bord ne décharge pas le capitaine de ses fonctions et de ses obligations en ce qui concerne la sécurité du navire. En pratique, c’est le pilote qui assure la conduite du navire, après avoir échangé des informations avec le capitaine sur les procédures de navigation, les conditions locales et les caractéristiques du navire.

Aux abords des rades, des fleuves, des ports et des bassins, les pilotes offrent une connaissance locale et l’expérience nécessaire pour assurer la sécurité de la navigation et protéger l’environnement. Ils ont une appréciation d’ensemble sur les réglementations locales et des conditions uniques existant dans la zone portuaire. Les pilotes sont au courant des activités, du trafic, des ferries, des opérations de dragage, des pontons grues, des mouvements locaux, et également de tous les autres facteurs qui peuvent occasionner des risques pour la navigation. Ils assurent la communication avec les autorités portuaires, les services de trafic maritime, les remorqueurs et les autres navires. A travers une pratique quotidienne, les pilotes développent des qualités spécifiques et des techniques pour manœuvrer des navires dans des eaux étroites et des zones restreintes entourées d’installations portuaires. Ils naviguent jour et nuit, à travers un brouillard épais ou par grand vent, évitant ainsi des retards ou transportant la capacité de chargement maximum à travers les profondeurs exploitables du chenal dans l’intérêt du port et du navire, assurant de ce fait la fluidité du trafic, et participant donc directement à la compétitivité du port.

Par ailleurs, il est prévu que les pilotes maritimes, qui sont les seuls intervenants portuaires à monter à bord du navire « en route », rendent compte à l’État du port d’escale si les navires présentent un risque pour l’environnement ou par la sécurité.

Cette mission d’intérêt général ne pourrait exister sans une objectivité absolue des pilotes dans le contrôle des navires (contrôles qui seront transmis au Centre de Sécurité des Navires des pays d’Europe, et alimenteront des bases de données).